L'offrande: Problème et solution

5499 1314

 

L’offrande ce dit de l’animal qu’emmène le pèlerin aux habitants des lieux saints sous forme de cadeau gratuit. Elle constitue aussi une forme d'expiation qui incombe à celui qui, en état de sacralisation pour le pèlerinage ou la ‘Oumra, commet une infraction liée à l’omission d’un rite obligatoire ou à la violation de l’un des interdits de l'Ihram. Elle incombe aussi celui qui accomplit le hajj suivant l’un des modes Al-Tamatou (jouissance) ou Qiran. C’est d’ailleurs ce qui est voulu dans le Coran :
« […] quiconque a joui d'une vie normale après avoir fait l'Umra en attendant le pèlerinage, doit faire un sacrifice qui lui soit facile.S'il n'a pas les moyens, qu'il jeûne trois jours pendant le pèlerinage et sept jours une fois rentré chez lui, soit en tout dix jours. » (Coran : 2/196)
 
 « De l’offrande des bêtes, nous avons fait un rite sacrificiel, utile pour vous. » (Coran : 22/36).
 
Al-Qourtoubi (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit: « on l’a appelé offrande justement parce qu’on en offre une partie au Sanctuaire et une autre aux résidents établis dans son enceinte parmi les pauvres et les nécessiteux.

 L'achat de l'animal sacrificiel pour se rapprocher d’Allah, exalté soit-Il, est une preuve, on ne peut plus évidente, du sacrifice que l’on fait de l'argent, c’est aussi un véritable exemple de la combinaison, dans le rite du Hadj, des valeurs cultuelles et spirituelles avec les valeurs économiques matérielles.

L’accumulation des viandes de l’offrande à Minen pendant les trois jours de sacrifice, a toujours posé un problème qui doit avoir une solution pour empêcher ces viandes d’être pourries ou gâtées et, par conséquent, d’être jetées aux animaux ou utilisées de manière non économique qui ne profitera pas aux musulmans, mais qui soit plutôt à leur détriment et au détriment des pauvres et des nécessiteux ou de ceux qui les méritent.

Par conséquent, quelques solutions ont été préconisées pour résoudre le problème afin de pouvoir bénéficier pleinement de la viande du sacrifice.  À cet égard, on peut présenter quelques recommandations et propositions visant à contribuer à résoudre ce problème:

 1 - La création d'une institution économique islamique qui prendra soin de ces viandes pour les traiter et les stocker dans des emballages avant de les acheminer vers leurs destinataires dans les pays du monde musulman ; étant entendu que la Banque Islamique de Développement envisage actuellement la création de frigos gigantesques pour sauvegarder ces viandes après leur nettoyage en vue les exporter vers les pauvres et les nécessiteux, les moudjahidine et les bénéficiaires méritants.

 2 – L’initiation des pèlerins aux préceptes de l’offrande. Lui faire savoir par exemple que s’il effectue son Hajj suivant le mode Ifrad (qui consiste à entrer en état de sacralisation pour le pèlerinage seulement) n’aura pas à faire une Offrande. Par contre s’il le fait suivant l’un des modes At-Tamatou’(qui consiste à entrer en état de sacralisation  pour la ’Omra)ou Qiran (qui consiste à entrer en état de sacralisation pour accomplir à la fois le hajj et la ’omra)il sera tenu de faire une offrande.

  3 – La mise en place d’une fondation de bienfaisance islamique qui prendra en charge la supervision, la collecte,  la distribution et l'exportation de la viande à destination des pauvres, des nécessiteux et des indigents.
 

Articles en relation