La "Synagogue de la ruine"

4618 1345

Les origines et les implications idéologiques de la construction de ce temple par les sionistes

La Synagogue de la ruine est la plus grande synagogue israélienne à Jérusalem. En plus du danger que constitue sa proximité de la mosquée Al Aqsa, il y a un autre danger, lié aux connotations dogmatiques qui habitent les sionistes et les poussent à construire un tel temple.
C'est une étape sur la voie de la mise en œuvre du présumé rêve que les sionistes ont débuté au nom de la ruine. C'est la plus grande synagogue de Jérusalem occupée. Il s'agit d'un projet  très élevé ayant un dôme dont la hauteur rappelle celle de l'église de la Résurrection et qui couvre le dôme du lieu de prière sud de la mosquée Al Aqsa.
L'étoile de fond  du projet sioniste est beaucoup plus claire. Son idée remonte  - selon les historiens – au tout début du XVIIIe siècle, lorsqu’un groupe de sionistes polonais arrivés à la zone d'Al-Aqsa ont payé d'énormes pots de vin aux autorités ottomanes pour les convaincre  de les autoriser à construire un temple sur la terre arabe, prétendant  que c'est l'endroit où se trouvait jadis un de leurs temples. Ils ont donc  construit  ce qu'ils ont nommé le «Temple Hurba » qui ne dura pas longtemps.
Après près de quatre vingt dix ans, soit, en 1808,  un groupe juif des élèves du rabbin Jawon Vilna récidive, mais les autorités ottomanes l'a empêché.
Les tentatives sionistes ont continué sans coup férir jusqu'au tremblement dévastateur de 1834, jour où ils ont pu extraire des autorités de l'époque un accord pour la construction, sur une terre appartenant à des Arabes de Jérusalem, d'une synagogue qui devait être achevée en 1864.
Construit sur des terres usurpées, le temple est resté ainsi jusqu'en 1948  lorsque des groupes l'ont transformé en camp militaire pour la Haganah sioniste d'où étaient lancées les opérations terroristes. Au cours d'un affrontement avec les forces jordaniennes dirigées par Abdullah Al-Tal, celles-ci l'ont détruit et en ont fait expulser la Haganah sioniste.
Après l'occupation de la ville sainte en 1967, des revendications sionistes ont été entendues réclamant de nouveau la construction du temple, mais le projet n'a véritablement commencé qu'en 2001 avec un financement du gouvernement sioniste et des contributions de la part d'organisations juives.
Quant à l’achèvement de la construction en ce moment précis il est dû à une croyance juive qui a pour origine le rabbin Jawon Vilna qui dit que la troisième construction de la synagogue de la ruine au second semestre de mars 2010 est le début de la mise en place effective du Temple de Salomon qu'on s'efforce de construire à la place d'Al Aqsa.

Articles en relation