Les tribunaux d'inquisition sont de retour en Europe ..!

4498 1533

Le cas n'est plus un secret sinon celui de polichinelle ; ses détails ne sont plus tissés dans les caves ou dans les galeries. C’est désormais un discours récurent, sur toutes les langues. En effet l'Europe est maintenant très préoccupée par la présence des musulmans sur son territoire, elle ressent le danger d'une menace imminente pour son identité. Il semble qu'elle a décidé de faire appel à ses pires expériences en matière de traitement des musulmans en agissant d'une façon adaptée à notre temps et aux nouveaux principes et valeurs.

Les tribunaux d'inquisition sont toujours présents dans l'esprit européen comme le moyen le plus réussi utilisé pour expulser définitivement les musulmans du continent européen et surtout de l'Andalousie, après les avoir soumis de force aux lois du catholicisme ; le but étant de supprimer la diversité et de tendre vers une doctrine et une religion uniques.
Aujourd'hui, on voit l'Europe laïque adopter la même approche dans ses rapports avec les colonies musulmanes après avoir ressenti que le vieux continent s'oriente vers l'islam suite à la hausse constante du nombre de musulmans auquel correspond de l'autre côté une baisse du taux de natalité dans les pays européens. Ainsi le journal britannique le "Daily Telegraph" a publié, il y a quelque temps, un rapport dans lequel il a averti que l'Europe fait face à une bombe à retardement démographique, représentée par la croissance constante des colonies musulmanes immigrantes, ce qui menace le continent de changements radicaux dont les dimensions ne sauraient être mesurées durant les deux prochaines décennies. Le rapport a souligné la baisse de la natalité chez les Européens, par rapport à la vitesse de «prolifération» des immigrants musulmans, ce qui, toujours selon le rapport, risque de se répercuter sur la culture et la société européennes tout comme il aura de graves répercussions sur la politique étrangère du continent.
Le rapport est basé sur des statistiques faisant part du doublement de l'effectif des colonies musulmanes en Europe au cours des trente dernières années avec des prévisions faisant état de leur doublement à nouveau d'ici à 2015. La proportion de la colonie musulmane en Espagne a passé de 13,2% en 1998 à 13,4% en 2007 alors que des statistiques récemment publiées prévoient un recul du nombre de la population des pays de l'UE à concurrence de 16 millions de personnes en 2050.
Toujours selon le rapport des noms comme : Mohamed, Adam et Rayan, Ayub , Mehdi, Amin et Hamza sont devenus aujourd'hui parmi les sept noms les plus communément utilisés en Belgique où se trouve le siège de l'UE.
La population des colonies musulmanes en Europe se situe, selon les estimations, entre 15 millions et 23 millions d'habitants, avec des prévisions donnant un pourcentage de plus de 20% à ce qui se convertiront à l'islam parmi la population de l'Europe. Il y a également des prévisions qui indiquent que le nombre des musulmans va dépasser celui des autres confessions en France et probablement dans la plupart des Etats de l'Europe de l'Ouest au milieu de ce siècle.
Aussi l'Europe laïque n'a pas, jusqu’à présent, réussi à intégrer les musulmans dans les domaines culturels et civilisationnels, ce qui a fait que les musulmans soient culturellement et intellectuellement distingués de sorte que l'Europe est devenue, chaque jour qui passe, plus inquiète à cause de ce phénomène.
Il convient ici de faire deux remarques importantes:
Premièrement : en exprimant sa préoccupation au sujet de la distinction culturelle et civilisationnelle des musulmans chez elle, l'Europe renie ses plus importants principes du libéralisme, à savoir la croyance au pluralisme culturel et civilisationnel, considéré en même temps une force motrice pour la société s'il est bien exploité, sans parler du fait que la diversité culturelle existe fortement entre les différentes races et communautés constituant l'entité européenne, mais c'est une diversité qui, au bout du compte, se conçoit dans le cadre du cercle laïc irréligieux, le véritable cercle par lequel l'Europe veut faire entrer les musulmans en Europe.
Deuxièmement : dire, par interprétation littérale de la laïcité, que l'Europe a définitivement tourné le dos à la religion n'a aucun sens dans la mesure où la religion y joue encore un rôle de premier plan dans l'orientation des événements. Comme le dit Rabi Hamid: «Quiconque a de l'expertise en matière de l'analyse politique internationale sait très bien que le Vatican est aujourd'hui l'une des forces de pression internationale qui contrôle presque tous les rouages des transactions à l'échelle planétaire et qui ne se limite pas à l'exercice de sa fonction de pression dans les pays catholiques, mais il s'infiltre à travers de multiples voies. En vérité le sionisme ne trouve de soutien réel que par l'influence exercée par les ordres religieux, émanant d'un tel système avec lequel sympathisent toutes les forces de l'Eglise dans toutes les régions du monde ». C'est ce qui confère aux musulmans le droit à la particularité culturelle et religieuse.
Carte de discrimination
Le rapport publié par la Fédération Mondiale d'Helsinki a essayé de montrer les aspects de la discrimination pratiquée à l'encontre des musulmans en Europe, discrimination qui s'est intensifiée à la suite des événements du onze Septembre. Au plan social, le rapport indique que "le climat social qui caractérise la vie des musulmans dans les pays où l'étude a été menée semble s'aggraver depuis les attaques du onze Septembre » tout comme d'ailleurs les préjugés et les formes de discrimination contre eux. De même que, par exemple, le harcèlement - qui dénote de la xénophobie - contre les musulmans a augmenté dans les lieux publics. En dépit du fait que la plupart de ceux-ci ne sont pas allés au delà des insultes, le rapport a tout de même signalé des actes de violence contre des personnes ainsi que des actes de sabotage.
Le rapport précise que bon nombre de ces attaques n'ont pas fait l'objet de plaintes à la police parce que les victimes pensaient que celle-ci n'allait en tenir aucun compte.
Le rapport indique aussi que dans certains pays de l'Union européenne il est devenu "autorisé" d'exprimer de "l'hostilité envers les musulmans et d'user des expressions hostiles à leur encontre", mais l'on doit quand même dire que les tribunaux ont été pour quelque chose dans la défense des droits des musulmans.
Ainsi par exemple, la Cour constitutionnelle autrichienne a, en Octobre 2004, jugé nulles et non avenues certaines lois sur l'asile dont elle a réclamé le retrait. D'autre part la Cour suprême du Danemark a rendu un jugement portant emprisonnement avec sursis de l'un des membres d'un parti extrémiste ayant insulté des musulmans.
Le rapport indique que les changements politiques intervenus dans les pays européens se reflètent négativement sur les colonies musulmanes. En effet la victoire des partis de la droite européenne néo-fasciste et xénophobe après les événements de Septembre ont été un défi majeur pour les minorités ethniques, religieuses et même pour la démocratie politique en Europe. Parmi les choses dont souffrent le plus les colonies musulmanes, il y a le fait que la rhétorique de ces partis ne nourrit pas seulement des sentiments de peur des étrangers mais elle est aussi anti-musulmane. Ainsi, par exemple, le Front national en France a fait valoir que les «valeurs islamiques» ne sont pas «compatibles avec celles de la citoyenneté française."
Le président du Front national Jean-Marie Le Pen a été condamné à payer une amende après avoir publié, en avril 2004, un article dans un journal sur "l'incitation à la haine des étrangers». Au Danemark le Parti du Peuple d'extrême droite a accusé les musulmans de vouloir "miner les valeurs de la démocratie en appelant à la violence". Quant au politicien néerlandais, Pim Fortuyn, assassiné, il a dit qu'une «nouvelle guerre froide contre l'islam s'est déclarée."
Le rapport publié par la Fédération mondiale d'Helsinki cite certaines des déclarations contre les musulmans faites par des responsables politiques démocrates comme le premier ministre italien Berlusconi qui a dit que la «civilisation occidentale est supérieure à la civilisation islamique". Le rapport mentionne également l'expression "culture standard" adoptée par le parti chrétien démocrate en Allemagne.
Le rapport a également confirmé la partialité des médias dans les pays où la recherche a été conduite ainsi que leur évocation, de façon générale, des questions provocatrices qui affectent l'islam et les musulmans. Selon le rapport "les médias tendent, depuis les événements du onze septembre, à présenter les musulmans, de façon fréquente, sous un aspect négatif. Ainsi par exemple, nous trouvons que les rapports produits par les médias en Allemagne au sujet des conflits dans les Balkans et au Moyen-Orient visent principalement «à établir le lien entre l'islam et le terrorisme" ce qui leur donne «un impact négatif sur la perception de l'islam et des musulmans."
La presse britannique a été accusée, en raison de ses rapports aussi tendancieux qu'impardonnables, d'avoir contribué «à créer des préjugés et à soulever des suspicions autour des musulmans".
Dans son dernier rapport, la Fédération internationale d'Helsinki a adressé un grand nombre de recommandations aux États membres de l'Union européenne lui demandant de faire des colonies musulmanes une partie intégrante de la société européenne et de les protéger contre toutes formes de discrimination.
Elle a également réclamé le libre exercice du culte ainsi que l'application des lois sur l'immigration et sur la lutte contre le terrorisme conformément aux conventions internationales pour la protection des droits de l'homme. Le rapport recommande également que les États s'abstiennent de toute discrimination contre les musulmans et qu'ils fassent régulièrement appel à la tolérance et au dialogue, que ce soit dans le traitement des citoyens, des organismes ou des médias avec les musulmans.
Les formes de discrimination évoquées dans le rapport ci-dessus se reflètent maintenant sur le terrain sous forme de pratiques sérieuses conçues pour éradiquer l'identité culturelle des musulmans en Europe et qui prennent des formes différentes , comme la guerre contre la mise en place de minarets élevés dans l'espace européen , affaire qui a déclanché un vaste débat en Suisse ou encore la guerre du voile par laquelle on cherche à forcer les femmes musulmanes à se dénuder en leur imposant des restrictions dans leurs lieux d'études, de travail et même de loisir.
Spectatrice du carnage et du génocide des musulmans en Bosnie, l'Europe qui n'a bougé que lorsqu'elle a craint de voir la Bosnie se transformer en une base pour le jihad en Europe à l'instar de l'Afghanistan, essaye aujourd'hui de pratiquer une sorte d'anéantissement de l'identité des musulmans dans l'espoir de détruire leur particularité culturelle et civilisationnelle que cette même Europe considère être un grave danger pour le continent chrétien.
Cela ne représente-t il pas un modèle récent d'Inquisition visant principalement à éliminer et à détruire l'autre?!
 

Articles en relation