Les fauteurs de guerre civile en France

36934 2122

Le 10 novembre dernier à Paris, quelques centaines de personnes ont participé à une manifestation contre « le fascisme islamique » à l'appel de Riposte laïque qui est un site internet se présentant comme un défenseur de la laïcité et un pourfendeur de ce qu'il considère être le nouveau fascisme, c'est-à-dire l'islamisme. Néanmoins, lorsque l'on visite ce site assez nauséabond, il apparaît évident que c'est en dernière instance l'Islam de manière générale qui est visé. Ce site a notamment fait parler de lui en 2010 lorsque ses animateurs ont tenté d'organiser un rassemblement public baptisé par eux "apéritif saucisson-pinard", lequel a été interdit par la préfecture. Cette provocation absurde, qui devait prendre place à la Goutte-d'Or à Paris, avait pour but de signifier aux nombreux musulmans vivant dans ce quartier, mais également à tous les citoyens de confession musulmane, que pour être un bon français il faut boire du vin et manger du cochon. Il est à noter que les organisateurs de cet "apéro" géant avaient choisi la date ô combien symbolique du 18 juin, laquelle date renvoie à l'appel radiophonique du Général de Gaulle exilé à Londres qui, le 18 juin 1940, exhorta le peuple de France à continuer la lutte contre l'occupant allemand. Ainsi, de manière subliminale, mais pas très fine, ce groupuscule laïcard veut suggérer que la présence musulmane en France est comparable à l'occupation nazie durant la Seconde Guerre mondiale, en somme Islam = nazisme/fascisme. D'ailleurs, les manifestants du 10 novembre reprenaient en cœur des slogans comportant ce raccourci inepte qui est une pure escroquerie intellectuelle, on a pu ainsi entendre dans ce funeste cortège : "Le fascisme ne passera pas, la Charia ne passera pas" ou encore "UOIF, frères musulmans et salafistes, tout ça c'est des racistes, tout ça c'est des fascistes, et hop tout ça à la poubelle".


Il est frappant de constater que cette assimilation de l'Islam au nazisme et au fascisme est devenue également la nouvelle marotte des officines sionistes "françaises" (vous me pardonnerez cet oxymoron), et ce, notamment depuis l'opération sous faux-drapeau de Toulouse organisée de main de maître par certains services. A titre d'exemple, le Crif (Conseil Représentatif des Institutions juives de France), qui est le porte-voix et le représentant de l'extrême-droite israélienne en France, et accessoirement le vrai pouvoir qui commande à toute notre classe politique (cf. le dîner annuel du Crif), ne cesse sur son site, via une dialectique qui n'a rien à envier à celle de Goebbels, de comparer l'islamisme radical prospérant dans nos quartiers sensibles au nazisme, chemises brunes et djellabas même combat ! Leur point commun ? Proférer un antisémitisme rabique et pathologique. Evidemment, les responsables du Crif nous expliquent qu'il ne faut pas "stigmatiser tous les musulmans" ou que ce n'est pas "l'Islam qui pose problème", mais, pour qui peut lire entre les lignes de leur prose fielleuse et sophistique, il est facile de voir que selon eux il n'y a que deux sortes de musulmans, les bons : les indigènes dociles et shoatico-compatibles (genre l'imam de Drancy, aussi appelé imam du Crif) ; et les mauvais : tous les autres.


Ainsi, les minus habens de Riposte laïque et les séides reptiliens du lobby tout-puissant, dont seule l'évocation provoque stupeur et tremblements parmi les pauvres goyim, formeraient une sorte de dernier rempart contre l'islamo-fascisme, hydre monstrueuse puisant ses racines dans les banlieues et menaçant les fondations de la civilisation judéo-chrétienne (autre oxymoron). Ceux à qui il reste encore un peu de conscience et de common decency peuvent aisément comprendre que l'on a affaire ici à la fabrication fantasmagorique d'un ennemi de l'intérieur à qui on projette de faire jouer le rôle de polarisateur des haines et des colères légitimes du peuple, lesquelles ont avant tout pour origine la brutalité du système néo-libéral mondialisé. Nous nageons là en pleine inversion accusatoire, puisque la plupart de ceux qui appellent de tous leurs vœux à ce pogrom halal font partie d'une communauté qui a une grande part de responsabilité dans les crises systémiques qui dévastent notre monde moderne (domination absolue de la Banque et de la haute finance apatride par la logique de la dette irremboursable). En somme, si fascisme il y a, il est plutôt judéo-sioniste qu'arabo-musulman ; d'ailleurs la politique racialiste, suprémaciste et d'apartheid menée par l'Etat d'Israël étaye parfaitement cette assertion.


Ainsi, les idiots utiles de Riposte laïque, en jetant de l'huile sur le feu des tensions communautaires, collaborent honteusement au projet satanique d'apprentis-sorciers sionistes prêts à créer une guerre civile en France afin d'éviter d'avoir à assumer les conséquences de leurs multiples méfaits. Hélas, cette guerre civile programmée, qui aura plutôt l'allure d'une Saint-Barthélemy, semble aujourd'hui inéluctable. En fait, plus la crise s'aggrave, plus s'intensifie le processus de désignation des victimes sacrificielles, et étant donné que cette crise est structurellement impossible à résoudre (sauf par la table rase que provoquerait une guerre), il faut s'attendre au pire. En fait, seul un mouvement populaire d'envergure, rassemblant les Français de souche et de branche qui refusent le piège du choc des civilisations, peut peut-être encore, en remettant les fauteurs de troubles à leur place, inverser cette dangereuse tendance.
 

Articles en relation