Le bon comportement et la Zakât

  • Date de publication:17/02/2013
  • Catégories:La Zakat
  • Fréquence:
3711 1184

La Zakât est associée à la prière dans le Coran et dans la Sunna, l’une et l’autre ayant un rapport direct avec le bon comportement. Quand le musulman s’acquitte de la Zakât, il obéit ainsi à son Seigneur, exalté soit-Il, obtempère à Son ordre et humilie le diable. Il brisera son joug le Jour de la Résurrection, fait fructifier ses biens, aide les pauvres et les misérables, se prémunit contre sa propre avarice, réprime les passions de son âme, répand l’amour, la bienveillance et l’affection parmi les musulmans et noue un rapport étroit entre les riches et les indigents.
Si le musulman paie la Zakât partant de ce point de vue, il sera content et satisfait des prescriptions d’Allah, exalté soit-Il, et sera soucieux de ne jamais la retarder et de la remettre à ceux qui la méritent. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Prélève de leurs biens une sadaqa par laquelle tu les purifies et les bénis » (Coran 9/103).

Dès qu’il saisira cette perspective, le musulman ne se contentera pas de s’acquitter de la Zakât, mais fera preuve de générosité autant que possible en contribuant à toutes les œuvres pieuses, même si elles ne constituent pas une obligation religieuse, et s’empressera de faire toutes sortes de dons qui prouvent la pureté de son âme.

Dans ce contexte, le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) a dit :

« Sourire à ton frère est une aumône, ordonner le bien et interdire le mal est une aumône, guider un homme lorsqu’il a perdu son chemin est une aumône, guider le malvoyant est une aumône, débarrasser la voie publique d'une pierre, d’une épine ou d’un os est une aumône, verser l’eau de ton seau dans celui de ton frère est une aumône ».

Ainsi se révèle le lien étroit et solide entre la Zakât et l’éthique.

C’est seulement l’agrément d’Allah, exalté soit-Il, que nous recherchons.

Articles en relation