Il accepte l’Islam à 13 ans !

11101 3247

‘Îsâ n’était âgé que de 13 ans lorsqu’il embrassa l’Islam. Son parcours jusque-là ressemblait à celui de beaucoup d’autres adolescents de son âge.
Puis arrivèrent les années collège durant lesquelles l’une de ses cousines âgée de 15 ans embrassa l’Islam. Elle avait l’habitude de rendre visite à ses oncles et tantes assez souvent et en profitait pour parler de l’Islam avec eux. Les membres de la famille avaient différentes opinions sur ce sujet, ce qui provoquait de longues et intéressantes discussions, ‘Îsâ quant à lui se contentait d’écouter.
Un jour cette cousine l’invita à lui rendre visite, elle lui dit qu’elle avait quelque chose à lui montrer. Sa maison n’étant pas très loin, il s’y rendit en marchant. Une fois arrivé, il salua sa tante et se rendit dans la chambre de sa cousine. Elle lui montra le Coran et lui demanda s’il savait ce qu’était ce livre, il lui répondit que non. Elle lui expliqua alors que tout comme les chrétiens avaient un livre sacré, la Bible, les musulmans avaient le leur et que ce livre en était la traduction.
Il lui avoua qu’il ignorait tout des musulmans et de l’Islam. En matière de religion il ne connaissait que ce que sa mère lui avait enseigné, quelques points sur le christianisme. Sa cousine lui parla alors un peu de l’Islam, d’Allah et de son Prophète Muhammad () à qui fut donné le dernier des messages divins matérialisé par ce livre, le Coran. Elle insista bien sur le fait que la révélation venait de Dieu et que Muhammad n’en était que le récepteur, que celui-ci n’avait rien écrit de son propre chef.
Ce fut les miracles scientifiques présents dans le Coran, et que la science d’aujourd’hui confirmait, qui le captivèrent, comme la formation de l’embryon, celle des étoiles ou des océans, etc. Il fut émerveillé d’apprendre qu’à cette époque les gens parlaient déjà avec autant de précisions des étoiles et d’autres faits scientifiques.
Les cinq prières quotidiennes et certains petits changements dans le régime alimentaire ne lui semblaient pas être des obstacles. Après que sa cousine lui eut expliqué les bases de l’Islam, il se mit à lire de petits livres sur la description de la prière et les bienséances de l’Islam et décida de se concentrer sur un seul sujet à la fois.
Il commença son cheminement vers l’Islam par ce qu’il y a de plus important, la prière. Il se procura de petits livres avec des translitérations en arabe et des illustrations. A l’époque le matériel disponible n’était pas celui que nous connaissons aujourd’hui.
Au début ne se sentant pas prêt à affronter les critiques et commentaires, il garda sa conversion secrète. Il se dit aussi qu’à ce stade il ne savait pas encore réellement ce qu’était l’Islam et que pour éviter tout problème le mieux était de se taire.
Les années passèrent et ‘Îsâ eut la chance de voyager dans différents pays et en profita pour étudier, il se rendit en Egypte et au Yémen où il étudia les bases de la science islamique. Il décida de garder sa foi secrète durant un temps. Il ne connaissait pas d’autre musulman que sa cousine. Il se rendit dans la librairie islamique de sa ville où il se procura différents ouvrages sur le monothéisme, la vie du Prophète () et celles des Califes Bien-guidés.
Trois ou quatre mois après son retour, il assista à un cours dans la maison de ‘Abd al-Rahîm Green à Londres. Il écouta attentivement et comprit de nombreuses choses sur les bases de l’Islam.
‘Îsâ grandit sans faire de vagues, il finit le collège puis entra au lycée. Il remarqua qu’il était très facile d’emprunter le chemin des turpitudes, mais lui la seule chose qui le préoccupait était de savoir à quelle heure était la prochaine prière et comment faire pour s’y préparer et l’accomplir à temps. Alors que les jeunes autour de lui ne parlaient que de fêtes et de sorties à venir, lui pensait à prier.
Agé de quinze ans, il décida de parler de sa conversion autour de lui. Un de ses amis s’était lui aussi tourné vers l’Islam, il formait à eux deux une paire d’amis qui vivaient dans leur monde. Ils passèrent beaucoup de temps ensemble à étudier, à aller à la mosquée, etc. Ils eurent même des problèmes car un vendredi ils quittèrent leur établissement scolaire pour se rendre à la prière.
Malgré son jeune âge, ‘Îsâ ne se laissa pas toucher par la propagande anti-Islam, il n’a jamais considéré l’Islam comme étant une religion restrictive des libertés individuelles et communautaires. Par exemple, il comprit très vite le pourquoi de l’interdiction de l’alcool, il fut en effet le témoin de ses ravages sur des personnes qui lui étaient proches.
Certains pourraient penser que de se tourner vers l’Islam peut constituer une barrière sociale avec les non-musulmans, mais ‘Îsâ est bien la preuve du contraire, il est devenu au fil du temps un jeune homme équilibré et très intéressant, il a développé de très nombreuses relations et comptent de nombreux amis, il y a certes certaines lignes qu’il ne franchit pas mais ces lignes ne sont-elles pas celles du bon sens et de la morale ? Par exemple, il ne se joint par à ses camarades de classe lors de leurs fêtes où nous savons que la drogue, l’alcool et le sexe sont rois.
Pour conclure donnons le mot de la fin à ‘Îsâ : « Il me semble que ceux qui se tournent vers l’Islam devraient faire quelques recherches sur la vie des Compagnons du Prophète, puisse Allah les agréer, afin de voir quelles furent leur compréhension et leur pratique de l’Islam. Ceux-ci reçurent en effet l’Islam des mains de l’homme qui incarna cette religion, l’exemple à suivre. Comprendre l’Islam et ne pas s’arrêter à des a priori demande un petit effort, il ne faut pas tomber dans la facilité et la paresse intellectuelle. Pour ne pas se tromper et être sûr des informations lues, lisez le Noble Coran et les hadiths. »

Articles en relation