Hadiths concernant les avortons
Fatwa No: 104498

Question

J'ai fait plusieurs fausses couches. J'aimerais connaître le sens du hadith narré par Abou Horeira, qu'Allah lui fasse miséricorde, dans lequel le prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, a dit : " Le fœtus avorté (me précédant) m’est plus aimable qu'un cavalier qui me survivrait. " et un autre hadith narré par Mouadh Ibn Djabal qui a dit : " Je jure par Celui qui détient mon âme entre Ses mains, le fœtus entraînera sa mère au Paradis par son cordon ombilical si celle-ci compte sur la rétribution divine (de sa fausse couche)".
Ces hadiths sont ils applicables aux embryons des fausses couches qui n'ont pas encore été animés par le souffle de la vie ? Quelle est la rétribution de celle qui a eu beaucoup de fausses couches au début de sa grossesse ?

Réponse

Louange à Allah.  Paix et salut sur Son Prophète.  

Chère sœur,

 

Quant au premier hadith dont les termes sont les suivants : " Le fœtus avorté  (me précédant) m’est plus aimable qu'un cavalier qui me survivrait. ", il a été rapporté par Ibn Maja et narré par Abou Horeira, qu'Allah lui fasse miséricorde, et c'est un hadith Daîif (faible).

L'interprétation du hadith, telle qu'elle figure dans les Sounanes d'Ibn Maja, est que la rétribution réservée à celle qui a fait une fausse couche et a perdu son fœtus  est plus importante que celle réservée à celle qui a perdu un enfant plus grand. Ceci revient au fait qu’une partie de la rétribution des actes accomplis par les grands enfants revient, dans certains cas, à leur père alors que la rétribution due à la perte d’un fœtus suite à une fausse couche est réservée uniquement à sa mère.

 

Quant au second hadith :  "Je jure par Celui qui détient mon âme entre Ses mains, le fœtus entrainera sa mère au Paradis par son cordon ombilical si celle-ci compte sur la rétribution divine (de sa fausse couche).Il a été narré par Mouadh Ibn Djabal, qu'Allah lui fasse miséricorde, et rapporté par Ibn Maja et est un hadith Sahih.

 

Le terme "fœtus de la fausse couche" est général et englobe également l'embryon qui n'a pas encore été animé par le souffle de la vie. Allah, le Très-Haut, peut octroyer sa grâce à sa mère, par Sa grâce et Son bienfait.

 

Bien entendu, ces hadiths sont valables pour les fausses couches involontaires et ne concernent nullement pas l’avortement volontaire qui est un grand péché.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation