Peut-on refuser une demande en mariage pour cause de vitiligo (maladie de peau) ?
Fatwa No: 134855

Question

Un jeune homme issu d'une famille religieuse a demandé notre fille en mariage. C'est un jeune pratiquant, éduqué et ayant une bonne moralité, mais il possède des taches blanches sur la main due à un vitiligo qui pourrait se répandre sur tout son corps avec le temps tout comme il existe une possibilité de 30% qu'il puisse transmettre ce vitiligo à ses futurs enfants bien que cela arrive rarement. Doit-on accepter sa demande en mariage ou existe-t-il une preuve dans la Législation islamique indiquant qu'il est permis de refuser une demande en mariage pour des raisons médicales comme le fait que le prétendant soit atteint de vitiligo ? Refuser sa demande en mariage va-t-il à l'encontre de la Législation islamique ? Que faire si nos
parents refusent ce mariage ? Pouvez-vous nous répondre dans la semaine afin que nous prenions une décision ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Si vous parlez bien de vitiligo et non de lèpre, sachez que le vitiligo n'est pas une maladie repoussante. C'est pourquoi les savants ne la considèrent pas comme une maladie valable pour annuler le mariage. Al-Mâwardî a dit dans son livre intitulé Al-Hâwî : « Quant au vitiligo, il s'agit d'un changement de couleur de la peau qui ne part pas et qui n'est pas repoussant. Cela n'est donc pas une raison pour avoir le choix d'annuler le mariage. » Cette maladie ne nuit pas à la santé comme l'ont mentionné les spécialistes dans le domaine. Par conséquent, si ce jeune homme est religieux et de bonne moralité, il faut accepter sa demande en mariage. Abû Hurayra, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit : « Si un homme dont vous êtes satisfait de la religion et des valeurs morales demande la main de votre fille, acceptez-le. » (al-Tirmidhî) Il se peut d'ailleurs qu'Allah, exalté soit-Il, bénisse ce mariage et en fasse un grand bien.

Si la jeune fille accepte de l'épouser, le tuteur de celle-ci ne peut alors pas refuser sa demande en mariage, car sinon, ce serait de l’abus de pouvoir (‘adhal). Al-Djalâl al-Mahallî al-Châfi'î, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Le ‘Adhal (abus de pouvoir du tuteur) a lieu lorsqu’une femme pubère et douée de raison désire épouser quelqu'un qui lui convient, et que son tuteur empêche ce mariage d'avoir lieu. » Par conséquent, si le tuteur de cette fille refuse de la marier, il faut alors le convaincre en douceur d'accepter. Ensuite, s'il s'obstine dans son refus, la jeune fille a alors le droit de porter son cas devant un juge islamique, car al-Mahallî a dit après ses paroles citées précédemment : « Il est obligatoire de prouver le refus du tuteur par abus de pouvoir devant un juge pour qu’il les marie, en ce sens que le tuteur s’abstienne de la marier devant lui après qu’il l’a ordonné. »

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation