Comment m’est-il possible de rattraper le jeûne obligatoire pour le compte de mes parents décédés ?
Fatwa No: 135317

Question

Comment m’est-il possible de rattraper le jeûne obligatoire pour le compte de mes parents décédés ? Ils ont manqué pendant plusieurs années le jeûne et cela n’était pas dû à une maladie ou autre. Cependant, rattraper le jeûne pour eux serait extrêmement pénible pour moi. M’est-il possible de verser une Fidya (compensation) à la place de cela ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Il est prescrit – au sens de la recommandation et non de l’obligation – au proche d’un musulman qui est décédé et redevable d’un jeûne de rattraper le nombre de jours de jeûne dont il est redevable, et c’est l’avis considéré comme prépondérant par de nombreux oulémas en vertu de la parole du Prophète () : « Celui qui meurt alors qu’il est redevable d’un jeûne, son proche jeûnera à sa place. » (Boukhari, Mouslim)

Si ce défunt a de nombreux proches, il est permis à tous ces derniers de rattraper le jeûne pour lui et même lors d’une seule journée et à ce moment, il lui sera compté autant de jours de jeûne que de personnes qui auront jeûné pour lui. Par conséquent, si dix personnes jeûnent à sa place, il lui sera compté dix jours de jeûne et ainsi de suite.

Boukhari a intitulé un chapitre dans son recueil de hadiths Sahîhs : « La personne décède et qui est redevable d’un jeûne. Al-Hasan a dit : “Si trente personnes jeûnent, un même jour, à sa place, cela est permis…” »

Il est permis aux proches du défunt d’autoriser également des personnes autres que ses proches à jeûner à sa place. En effet, les jurisconsultes disent qu’il est permis à un étranger (à la famille) de jeûner pour un défunt, après la mort de ce dernier, avec la permission de ses proches et que le jeûne est valide. Si ses proches ne jeûnent pas pour lui, il leur est obligatoire de donner à manger aux pauvres à sa place car de nombreux jurisconsultes sont d’avis que le proche d’un défunt a le choix entre nourrir un pauvre ou jeûner pour lui. Nourrir des pauvres est obligatoire si le défunt a laissé un héritage suffisant pour cela.

Ibn Bâz (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit : « […] S’il n’est pas possible de jeûner pour les parents, il faut alors nourrir un pauvre à leur place, avec ce qu’ils ont laissé comme héritage, pour chaque jour de jeûne manqué d’une valeur de la moitié d’un Sa’ qui équivaut à un 1.5 kilogramme… »

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation