Le règlement des comptes des hommes entre eux le Jour du Jugement
Fatwa No: 225559

Question

Salam alaykum, J’aimerais savoir comment se passe le règlement des droits des hommes entre eux le Jour du Jugement ? avec précision s'il vous plait ! Est-ce vrai que nous aurions le choix entre pardonner ou prendre notre droit ? est-ce que les personnes avec qui nous aurons rompu ici-bas nous les reverrons jamais dans l’au-delà ? barak Allahu fikoum de me répondre avec précision car je n’ai pas trouvé de réponse sur le site.

Réponse

Louanges à Allah et que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

La Chari'a mentionne deux manières en vertu desquelles les injustices seront réparées le Jour de la Résurrection :
La première consiste à châtier l’oppresseur et à permettre à l’opprimé de se venger de lui. Le Prophète () a dit :

« Certainement chacun récupérera ses droits le jour de la résurrection au point que la brebis sans cornes obtiendra réparation de la brebis cornue. » (Mouslim)

Le Prophète () a également dit : « Celui qui accuse son esclave d’avoir commis la fornication, se verra infligé la peine (relative à la calomnie) le Jour de la Résurrection sauf s’il l’a réellement commise. » (Mouslim)

Il a également dit : « Celui qui a frappé injustement son esclave d’un coup de fouet verra ce dernier se venger le Jour de la Résurrection. » [Boukhârî dans Al-Adab al-Mufrad, al-Bayhaqî, al-Bazzâr, al-Tabarânî ; al-Mundhirî et (al-Albânî : Hasan)]
La deuxième manière consiste à déterminer l'ampleur de l'injustice commise grâce au calcul des bonnes et des mauvaises actions. Le Prophète () a dit :

« Les gens seront rassemblés le Jour de la Résurrection sans vêtement, incirconcis et démunis. Puis Allah les appellera avec une voix telle qu’Il sera entendu de près ou de loin : “Je suis le Roi, Le Juge Suprême. Il ne conviendra à aucune personne destinée à l’Enfer d’y entrer alors qu’il a subi une injustice de la part d’un habitant du Paradis jusqu’à ce qu’il se venge. Et il n’appartient à aucun des gens du Paradis d’y entrer au Paradis alors qu’il a subi une injustice de la part d’un habitant de l’Enfer jusqu’à ce qu’il se venge, fut-elle une gifle”.
– Et comment, étant donné que nous viendrons à Allah, exalté soit-il, sans vêtement, incirconcis et démunis ?
– “Avec les bonnes et les mauvaises actions”, répondit le Prophète () » [Ahmad, Boukhârî dans Al-adab al-Mufrad, (Al-Albânî : Sahîh)]

Le Prophète () a également dit :

« Que quiconque a commis une injustice à l’égard de son frère, en portant atteinte à son honneur ou autre, lui demande de le pardonner, avant qu'il n’y ait ni dinar ni dirham... S'il a fait de bonnes œuvres, il devra compenser l'injustice qu'il a commise et verra le fruit de ses bonnes actions transféré au profit de la victime. S’il n’a pas de bienfaits à son actif, on lui imputera les mauvaises actions de la victime. » (Boukhârî)

Le Prophète () a également dit :

« Les femmes des combattants sont interdites à ceux qui restent à l'arrière comme leur sont interdites leurs propres mères. Chaque fois qu'un non-combattant remplace un combattant dans sa famille et l'y trompe, ce combattant se dressera devant lui, le Jour de la Résurrection, et prendra autant qu'il voudra de ses bonnes actions. Qu'en dites-vous ? » (Mouslim)

Le Prophète () a également dit : « Le failli dans ma communauté est celui qui, le Jour de la Résurrection, viendra avec à son actif, des prières, des journées de jeûne et des aumônes, mais qui aura également insulté untel, accusé tel autre de débauche, volé l’argent de tel autre, tué celui-ci et frappé celui-là. On donnera de ses bonnes actions à ses victimes et si elles ne suffisent pas pour l’acquitter de sa dette envers eux, on lui imputera alors les péchés de ses victimes, puis on le jettera en Enfer.” » (Mouslim)

Le Prophète () a également dit :

« Celui qui meurt et qui doit un dinar ou un dirham, le remboursera avec ses bonnes actions car il n’y aura ce jour là ni Dinar et ni Dirham. » [Ibn Mâdjah (Al Albânî : Sahîh)]

Concernant votre question sur les choix dont disposera l’oppressé le Jour de la Résurrection, nous ne connaissons pas de hadith authentique sur cette question. Il existe seulement un hadith très peu fiable rapporté dans la version suivante : « Deux hommes de ma communauté seront agenouillés devant le Seigneur à Lui la gloire. Un d’entre eux dira : “Ô Seigneur prends moi mon dû auprès de mon frère”.
– “Donne à ton frère son dû”, dira Allah, exalté soit-Il.
– “Ô Seigneur, dira l’oppresseur, il ne reste rien de mes bonnes actions”.
– “Que va-tu faire de ton frère qui n’a plus de bonnes actions ?” dira alors Allah, exalté soit-Il, à l’opprimé.
– “Qu’il supporte mes mauvaises actions”, répondit-il.
– “Lève les yeux et regarde les jardins” dira alors Allah, exalté soit-Il, à celui qui réclame son dû.
Il lèvera la tête et dira : “Ô Seigneur, je vois des villes en argent, des châteaux en or serties de joyaux. Pour quel prophète, quel croyant et quel martyr appartient tout cela ?”
– “Pour celui qui en donne le prix”, répondra le Seigneur.
– “Ô Seigneur, qui donc en a les moyens ?”, demandera-t-il.
– “Tu en as les moyens”, répliquera Allah, exalté soit-Il.
– “Comment ô Seigneur” demandera t-il.
– “En pardonnant à ton frère”, lui répondra le Seigneur.
– “Je lui ai certes pardonné”, dira t-il.
Alors Allah, exalté soit-Il, lui dira : “Prends la main de ton frère et fais-le entrer au Paradis.”
» [Abû Ya’lâ, Ibn Abî al-Dunya, Ibn Âbî Dâwûd (Ibn Hajar et Busîrî : Da’îf)]
Al-Qurtubî, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Cela sera valable pour certaines personnes qu'Allah, exalté soit-Il, ne voudra pas châtier mais au contraire il effacera leurs fautes et leur pardonnera leurs péchés et satisfera leur oppossants. Cela sera peut être aussi valable pour les personnes qui ont commis des injustices mais qui se sont repenties. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : “Il est certes Pardonneur pour ceux qui reviennent à lui repentant.” (Coran 17/25) Le repentant est celui qui a renoncé au péché sans jamais y revenir. Cela concerne peut-être également ceux qui ont une bonne action cachée parmi les œuvres pieuses, Allah, exalté soit-Il, leur pardonne alors et satisfait les personnes qui avaient des querelles avec eux. » (al-Tadhkira)
Concernant votre question sur les personnes qui ont coupé les liens de parenté dans ce bas monde, nous ne connaissons pas de preuves sur le fait qu'ils ne se verront pas le Jour de la Résurrection.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation