Pourquoi certains Musulmans qualifient l’enfant né suite à la fornication d’illicite ?
Fatwa No: 90012

Question

Un frère musulman a forniqué avec moi il y a trois ans et je suis devenue enceinte. Après l’avoir su, il a fui le pays au lieu de m’aider. J’ai voulu avorter mais Allah a voulu me faire voir Ses signes le jour où j’ai voulu le faire. Le médecin et l’infirmière étaient musulmans et le médecin ne voulait pas me faire avorter. J’ai senti que c’était un signe de la part d’Allah et qu’Il allait faire de mon enfant une personne importante.
Pourquoi certains Musulmans qualifient cet enfant d’illicite, alors qu’Allah ne rend pas des enfants illicites, c’est la fornication qui l’est. Pourquoi la responsabilité du péché retombe sur la femme seule et que le père refuse d’assumer la responsabilité de l’existence de l’enfant ? Je désire résoudre ce problème depuis trois ans mais l’homme me rappelle à chaque fois que l’enfant n’est pas le sien mais le mien seule et j’accepte.
Je pense partir vers cet homme et l’épouser pour que mon fils ait un père mais je crains qu’il le traite mal et je ne veux pas cela pour mon fils. J’espère que vous éclaircirez ce problème ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Vous avez bien fait de ne pas avorter. L’avortement est considéré comme un crime et une agression contre un être innocent. C'est interdit et Allah peut mettre beaucoup de bien en cet enfant s’il vit. Nous vous conseillons de vous repentir d’avoir commis cette faute et de vous éloigner de ce qui peut vous mener à l’accomplir une autre fois.

Sans aucun doute l’enfant né à la suite d’une fornication n’est aucunement responsable de ce qui est arrivé et ne peut être blâmé pour cela. Certains jurisconsultes pensent même que celui qui accuse l’enfant né à la suite d’une fornication de cette faute doit subir un châtiment corporel parce que cet enfant est chaste et que la faute est celle de ses parents. Ce qu’ils ont fait ne change rien à son innocence. Si on le qualifie d’enfant né de la fornication c’est parce que celle-ci a été la cause de sa naissance et non parce qu’il doit en supporter la faute.

La Charia (Législation musulmane) ordonne qu’un tel enfant soit attribué à sa mère : c’est elle qui est responsable de son éducation et de ses dépenses. Il a existé à cause de la faute de sa mère et elle doit en supporter la responsabilité. Quant au péché, il est commun à la femme et l’homme qui ont forniqué.

Certains jurisconsultes sont d’avis que cet enfant peut être attribué à son vrai père s’il épouse la mère. Cependant, ce n’est pas l’avis prépondérant selon nous, parce que la filiation est une grâce d’Allah que le fornicateur ne mérite pas. Le Prophète () dit : « L'enfant doit être affilié à la couche conjugale et le fornicateur n'a aucun droit sur lui. » [(Boukhari, Mouslim)] Ce qui signifie qu’il n’aura pas droit à ce que son enfant lui soit attribué, mais au désappointement.

Il n’y aura pas de mal à épouser cet homme s’il se repent de la fornication mais l’enfant ne sera pas affilié à lui selon l’avis prépondérant comme nous l’avons dit. L’éducation de l’enfant et les dépenses qui lui sont relatives vous incombent.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation