Son mari est un pervers
Fatwa No: 90323

Question

Je me suis mariée lorsque j'avais seize ans. Depuis le début de mon mariage, mon époux insulte ma mère en lui souhaitant le malheur et il fait cela quasiment tous les jours depuis 14 ans. De plus, il visionne des films pornographiques et veut me sodomiser chaque nuit. Un jour, mon frère l'a vu en train d'embrasser ma sœur mais il demanda pardon pour cela et la vie reprit son cours. Aujourd'hui, j'ai quatre enfants et je n'ai jamais mentionné à quiconque les propos immondes qu'il a tenus sur ma mère. Cependant, après 14 ans, j'ai fait une grave dépression, je me suis fait soigner par un docteur et je me suis séparée de lui. Il m'a fait vivre une vie misérable. Je ne prie pas et je ne lis pas le Coran. Lorsque nous nous sommes séparés, il m'a dit qu'il voulait que notre fille vive avec lui et lorsque j'ai demandé à ma fille qui était à cette époque âgée de 13 ans ce qu'elle en pensait, elle montra un manque d'enthousiasme mais ne dit rien. C'est pour cela que ma sœur lui posa la question à nouveau et c'est alors qu'elle dit que son père lui avait fait des attouchements et qu'elle ne voulait pas vivre avec lui. A ce moment, j'ai perdu la tête et je lui ai demandé qu'il me répudie sur le champ. Comme ma famille n'était pas d'accord avec cela, j'ai dû les informer de toute l'histoire, du début jusqu'à la fin. Ensuite, mon époux me répudia par téléphone car à cette époque, j'étais à l'hôpital en train de soigner ma dépression chronique. Il prononça le divorce à trois reprises et au même moment puis alla au Pakistan et se maria là-bas. Lorsqu'il revint, il me demanda pardon, me promit de ne plus me faire du tort et nous nous mariâmes à nouveau. Aujourd'hui, c'est lui qui se charge de nous mais à chaque fois, il me parle de la sodomie ou il parle mal de ma mère et de ma sœur et blâme ma mère pour tout. Quant à moi, j'essaye de garder mon calme mais ma maladie s'aggrave de jour en jour. Ma famille a coupé tout contact avec lui et ne désire plus jamais le revoir. Je lui ai dit que nous devions nous repentir et suivre le chemin de l'Islam car le sentiment d'avoir fauté m’opprime.Je crois avoir commis une énorme erreur car ma famille me reproche le fait de les avoir informés de tous ses actes honteux et dit qu'elle ne lui pardonnera jamais et que c'est un diable. J'ai commis une erreur en revenant à lui. Lorsque nous sommes au lit, il se comporte en diable et fait des choses dégoûtantes que vous ne pouvez même pas imaginer. C'est pour cette raison que je dors à l'étage inférieur. Ma question est la suivante : dois-je rester avec lui ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Si cet époux est tel qu'il est mentionné dans la question, à savoir qu'il se comporte d'une mauvaise manière avec son épouse, visionne des films pornographiques, veut la sodomiser et autres turpitudes, alors vous devez impérativement le quitter et lui demander qu'il vous répudie et surtout s'il délaisse la prière car à ce moment, sa perte sera totale vu que celui qui délaisse la prière a commis un acte de mécréance le rendant apostat en vertu de la parole du Prophète () :
«Le pacte entre eux [ceux qui embrassent l'islam] et nous est symbolisé par l'accomplissement de la prière. Celui qui la délaisse, il renie la foi.  » (Al-Nasâ'î et d'autres)

Mieux vaut être pauvre plutôt que de rester avec un tel époux.

De plus, s'il a prononcé trois fois le divorce, alors c'est un divorce irrévocable selon l'avis de la majorité des oulémas. Après ce divorce, son épouse ne lui est plus licite jusqu'à ce qu'elle épouse un autre homme excepté s'il a nourri l'intention en répétant cela à trois reprises de confirmer le divorce ou de bien le lui faire comprendre. Vous avez donc commis une erreur en revenant avec lui.

Si la séparation a lieu, il ne doit pas avoir le droit de garde de sa fille en raison de sa perversité et de sa débauche car il lui a fait des attouchements et ce n'est donc pas un homme sûr. Les oulémas mentionnent qu'un enfant ne doit pas rester avec quelqu'un qui ne le protègera pas et ne le réformera pas même s'il en a fait le choix.

Nous vous conseillons de le quitter sur le champ et de porter son affaire devant le centre islamique digne de confiance le plus proche de chez vous et dont les responsables sont connus pour leur attachement à la sunna et pour leur parfaite connaissance de ce genre de prescriptions religieuses afin qu'il examine si le premier divorce est irrévocable ou pas et qu'il examine plus généralement l'affaire dans son ensemble. Si ce centre islamique ne prononce pas le divorce, vous pouvez porter son affaire devant un tribunal à cause du préjudice subi.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation