Le statut du mariage d’une femme qui a été violée par le père son mari
Fatwa No: 90331

Question

Je vous prie de m’informer à la lumière du Livre et de la Sunna sur la situation de la femme qui a été violée par un membre de sa famille, comme le père de son mari. Quelles sont les sentences qui lui sont relatives ? Peut-elle demeurer avec son mari ou doit-elle le quitter, aller vivre avec le père et l’épouser et considérer son mari actuel comme un fils ? Quelles sont les autres règles de la charî‘â (législation musulmane) qui se rapportent à elle ? Quelle sera la situation de ses enfants ?
C’est une affaire très importante qui a eu lieu en Inde et nous vous saurions gré de nous éclairer pour dissiper les doutes.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.

 

Il faut savoir que la fornication est un péché majeur qui exige le repentir et sa gravité augmente si elle est accomplie avec un Mahram. Le fornicateur dans ce cas doit être tué d’après l’avis authentique des oulémas conformément au hadith rapporté par l’imam Ahmad et Abû Dâwûd dans Ses Sunans d’après al-Barâ’ ibn ‘Âzib qui dit : «J’ai rencontré mon oncle paternel avec un étendard. Je lui ai demandé : « Où vas-tu ? » Il me répondit : « Le Prophète () m’a envoyé à un homme qui a forniqué avec la femme de son père et il m’a ordonné de lui couper la tête et de prendre ses biens. » Al-Nasâ’i a rapporté le même hadith.

Les oulémas ont divergé au sujet de l’homme qui fornique avec la femme de son fils et si le contrat de mariage est résilié. Il y a deux avis différents. Certains érudits, parmi lesquels al-Châfi‘y et Ibn ‘Abbâs avant lui ont dit que cela n'entraine pas la résiliation du contrat de mariage du fils. Ibn al-Qayyim affirme dans Zâd al-Ma‘âd que c’est l’avis prépondérant. D’autres ont dit : « Si un homme fornique avec la femme de son fils, le mariage du fils est annulé et il doit quitter sa femme. » Les deux avis sont répandus dans la doctrine malékite.

Nous pensons que l’avis prépondérant est que le mariage ne doit pas être annulé.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation