Une nouvelle convertie pense que son mari accomplit des choses qui contredisent la Sunna
Fatwa No: 90526

Question

J’ai embrassé l’Islam dernièrement alors que mon mari est musulman de naissance. Grâce à Allah, chacun de nous essaye de se conformer à la religion autant que possible mais nous avons un désaccord parce que nous différons dans la méthode que nous devons suivre en Islam. J’essaie de m’attacher au Livre d’Allah et à la Sunna de Son messager (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) alors que lui accomplit des choses qui contredisent la Sunna. J’ai essayé de discuter de cela avec lui en douceur mais il se fâche très fort. Je ne veux pas accrocher des images d’êtres vivants dans la maison conformément à ce hadith : « Les Anges n’entrent pas dans la maison où se trouvent des représentations d’être vivants … » J’ai discuté la question avec lui mais il a élevé la voix d’une façon effrayante et je pense que c’est son ego d’homme qui l’empêche de comprendre le sujet. J’essaye d’être patiente face à sa colère et de recourir à des invocations mais parfois cela me trouble et me fait peur. »
Comment réagir à ces innovations religieuses de sa part qui contredisent la Sunna ? Il faut savoir que je l’aime beaucoup, je le respecte et j’espère qu’il réussira dans l’au-delà et c’est pour cela que je ne pense pas au divorce. Pour calmer ma frayeur et mon émotivité, j’inscris à l’ordinateur tout ce que j’ai comme colère dans mon cœur et ensuite je l’efface. Cela m’aide à me débarrasser des mauvaises idées. Est-ce que ce que je fais est licite ? Quand mon mari me crie au visage, mon sang bouillonne dans mes veines et le fait d’écrire m’empêche de dire ce qui peut aggraver la situation.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Nous louons Allah, glorifié soit-Il, pour vous avoir guidée vers l’Islam et nous lui demandons de vous aider à rester attachée à Sa religion.

Nous recommandons à notre sœur de s’instruire en islam : qu’elle sache que la religion comprend des fondements et des branches. On entend par les fondements la science des croyances, c’est-à-dire ce que le musulman doit croire concernant Allah, Son messager, le Jour Dernier etc.

On entend par branches la science des prescriptions de la Charia (législation musulmane) relatives aux prescriptions comme la salât, la Zakat, le Hajj et autre.

Les fondements sont approuvés à l’unanimité sans aucune divergence et celui qui s’y oppose n’est pas excusable. Quant aux branches, il y en a qui sont indiscutables et qui font l’objet d’un consensus, et où la divergence n’est pas permise et d’autres qui sont conjecturales et au sujet desquelles les oulémas divergent. Cette divergence est permise et l’avis contraire est excusé parce qu’il ne peut y avoir de blâme sur les questions qui font l'objet d'interprétation.

Par exemple ces images qui ont été mentionnées dans la question : si elles sont en relief et représentent des créatures humaines ou animales, leur illicéité fait l'unanimité ; et s’il s’agit de dessins qui représentent des objets inanimés, comme des arbres, des mers, ou des fleuves, elles sont permises ; et si elles sont des photos prises d’un être vivant, les oulémas contemporains divergent à leur sujet. Certains les interdisent en prenant en considération le sens général des hadiths qui interdisent les représentations d’êtres animés, comme dans ces paroles du Prophète () : « Les Anges n’entrent pas dans une maison ou se trouvent un chien ou des représentations d’êtres vivants… » Ils disent que la cause de l’interdiction vient du fait qu’elles imitent la création d’Allah. Partant, tous les types de photos sont interdits à part celles qui sont indispensables comme les photos d’identité. Quant à ceux qui les autorisent, ils disent que la prise de photos avec un appareil photos ou une caméra n’est pas une imitation de la création d’Allah, mais la simple transmission, par le biais de cet appareil, de ce qu’Allah a créé, et qu’elles ne sont qu’une impression, le serviteur n’étant pour rien dans la création elle-même. C’est comme celui qui photocopie un papier écrit par un autre : on ne dit pas qu’il a imité son écriture, car c’est en fait la même. Ils disent aussi que les hadiths rapportés à propos de l’interdiction des représentations d’êtres animés concernent celles par lesquelles on imite la création d’Allah. Vous ne devez donc pas vous disputer avec votre mari au sujet de ces images ou des questions jurisprudentielles pareilles et en faire un sujet de litige entre vous. Votre mari peut être excusé pour les autoriser et vous n’avez pas à l’obliger à accepter votre opinion comme il n’a pas à vous obliger à suivre la sienne. Chacun de vous peut agir comme il pense dans ces questions.

Nous demandons à Allah de vous faire gagner Son agrément et de vous rétribuer pour votre patience et longanimité lorsque votre mari se met en colère. Il n’y a aucun mal à inscrire vos sentiments et ensuite les effacer, surtout si cela vous débarrasse des mauvaises pensées.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation