Les mérites des oeuvres lors de la première décade de Dhul-Hijja

11192 2153

Le mois de Dhul-Hijja est le dernier mois du calendrier islamique. Il fait partie des quatre mois sacrés et ses dix premiers jours ont un mérite inégalé.
Allah, exalté soit-Il, dit : « Par l'Aube ! Et par les dix nuits !» (Coran  89/1-2). Ibn 'Abbâs, Ibn al-Zubayr, Mujâhid, Ibn Kathîr ainsi que d'autres exégètes du Coran affirment qu'il s'agit dans ce verset de la première décade de Dhul-Hijja.

Ibn ‘Abbâs, qu'Allah soit satisfait de lui et de Son père, rapporte que le Prophète () a dit : « Aucune action n’est plus aimée par Allah que celle accomplie durant ces dix jours (les dix premiers jours de Dhul-Hijja).» Les Compagnons demandèrent : « Pas même le djihad dans le sentier d’Allah ? » Il répondit : «Pas même le djihad dans le sentier d’Allah à moins qu’il ne soit menée par un homme qui y engage sa vie et sa fortune, et ne revient ni avec l’une ni avec l’autre. » (Boukhari et Mouslim)

Ibn ’Umar, quant à lui, rapporte que le Prophète ( ) dit : «Il n’y a pas de jours où les bonnes œuvres sont mieux agréées par Allah autant que les dix premiers jours de Dhul-Hijja. Multipliez-y le Tahlîl (La Ilâha illallah), le Takbîr (Allâhu Akbar) et le Tahmîd (Alhamdu lillah).» (Boukhari)

Chers frères, rivalisons donc dans l’accomplissement des bonnes œuvres et empressons-nous de demander le pardon d’Allah pour gagner un Paradis large comme les cieux et la terre. Ne relâchons pas et méfions-nous du manque de sérieux et de la paresse.


Les actes les plus méritoires durant ces jours :


1. Le Hadj :
Le Hadj est l'une des meilleures œuvres pieuses qu'on puisse accomplir durant ces dix jours. Le Prophète () a dit :
• « Celui qui aura fait le pèlerinage sans commettre d'actes impudiques, ni de désobéissances, redeviendra tel qu'il était le jour où sa mère l'a enfanté, absous de ses péchés ». (Boukhari, Mouslim).
• « Accomplissez fréquemment le Hadj et la 'Umra, car leur accomplissement fréquent repousse la pauvreté et les péchés, de la même façon que le soufflet élimine les scories du fer, de l’or et de l’argent. Un Hadj accepté par Allah n’a d’autre récompense que le Paradis ». [al-Tirmidhî, al-Nisâ`î (sahîh)].


2. Le jeûne :
Il est recommandé de jeûner les dix premiers jours du mois de Dhul-Hijja. Le Prophète () a dit :
« Quiconque jeûne un jour pour Allah, Allah, exalté soit-Il, en récompense, éloignera la chaleur de l’Enfer de son visage d'une distance parcourue en soixante-dix ans ». (Boukhari et Mouslim)
La récompense du jeûne est démultipliée durant ces jours bénis. Le Prophète () a dit : «Le jeûne de chacun de ces jours (dix premiers jours de Dhul hijja) équivaut au jeûne d’une année et le fait de rester debout en prière durant chacune de ses nuits équivaut à prier durant la nuit du destin (laylat-ul-Qadr)» [al-Tirmidhî, al-Bayhaqi et Ibn Mâdja (al-Albânî : da'îf)].
Ce qui distingue les dix premiers jours de Dhul-Hijja et les rend préférables aux autres jours de l'année, c'est le fait que parmi eux se trouve le jour de 'Arafat, jour dont le jeûne efface les péchés de deux années. Le Prophète () a dit :
« […] J’ai espoir que le jeûne du jour de 'Arafat efface (les péchés) de l’année précédente et de l’année en cours». (Mouslim).
« Celui qui jeûne le jour de ‘Arafat, il lui sera pardonné les péchés de deux années consécutives». (Mouslim).

3. La lecture du Coran :
La lecture du Coran est un commerce qui ne stagne jamais. Essayez donc d’en terminer la lecture durant ces dix jours. Le Prophète () a dit :
« Il est meilleur pour l’un de vous de se rendre de bonne heure à la mosquée et d’apprendre un verset ou de lire deux versets du Livre d’Allah que de posséder deux chamelles, la lecture de trois versets est meilleure que de posséder trois chamelles et la lecture de quatre versets est meilleure que de posséder quatre chamelles ou leurs équivalents en nombre de chameaux ». (Mouslim)
Sachez chers frères que rien n’est meilleur que la récitation, la méditation et le jugement d’après le Livre d’Allah.


4. La prière :
Le Prophète () a dit :
• « La prière est la meilleure chose accomplie, alors celui qui peut multiplier sa pratique le fasse ». (Al-Djâmi’: sahîh)
• « Rien n’est meilleur pour le fils d’Adam que l’accomplissement de la prière, la de réconciliation les gens et la bonne moralité ». (Al-Djâmi’ : sahîh).
N’oublions pas qu’une maison est bâtie au Paradis pour celui qui prie chaque jour en dehors des prières obligatoires douze rak’â-s surérogatoires. Rappelons que la prière du dohâ composée de deux rak’â ou plus et la prière de la nuit ont un grand mérite. Le Prophète () a dit :
« Allah aime trois genres de personnes, leur sourit et se réjouit d’eux. Parmi celles-ci il y a celui qui a une belle femme, une confortable couche et qui s’en détourne la nuit pour prier. Allah dit alors : ‘Il délaisse son désir et M’invoque alors que s’il avait voulu, il serait resté couché’ ». (al-Tabarânî : hasan).
L’assiduité dans l’accomplissement des prières surérogatoires est une des choses qui suscitent l’amour d’Allah, exalté soit-Il, et lorsqu’Allah, exalté soit-Il, aime quelqu’un, Il le préserve, répond à ses invocations, le protège et élève son rang. En plus l’accomplissement des prières surérogatoires pallie les manques et comble les carences qui peuvent entacher l’accomplissement des prières obligatoires.


5. L’évocation d’Allah, exalté soit-Il :
La plus aimée des paroles auprès d’Allah, exalté soit-Il, est Son évocation. C’est un moyen d’atteindre le succès dans ce monde et dans l’au-delà. C’est un moyen de réussite. Grâce à elle, le serviteur est mentionné auprès d’Allah, exalté soit-Il, et Ce dernier et les anges font l’éloge de celui qui évoque Allah, exalté soit-Il. C’est la plus puissante des armes. C’est la meilleure des œuvres, la plus éminente et la plus élevée en degré. Elle est meilleure que le fait de dépenser (pour Allah). C’est en raison de Son évocation qu’Allah, exalté soit-Il, multiplie la récompense, pardonne les péchés et remplit la balance (de bonnes actions). Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
« Pour participer aux avantages qui leur ont été accordés et pour invoquer le nom d'Allah aux jours fixés, sur la bête de cheptel qu'Il leur a attribuée, ‘Mangez-en vous-mêmes et faites en manger le besogneux misérable’ » (Coran 22/28).
Ibn 'Umar, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit :
« Il n’y a pas de jours plus importants pour Allah et pendant lesquels les bonnes actions accomplies lui sont plus chères que ces dix jours ; multipliez-y donc le tahlîl, le takbîr et le tahmîd ». (Boukhari).
Lorsque commençait la première décade du mois de Dhoul-Hijja, Abû Hurayra et Ibn 'Umar se rendaient au marché et se mettaient à dire « Allahu Akbar », puis les gens répétaient le takbîr après eux.
Selon les savants, le takbîr peut-être absolu ou limité ; absolu à tout moment du jour et de la nuit durant dix jours et limité à chaque prière obligatoire et surérogatoire selon l’avis correct, pour les femmes et les hommes.
La plus authentique des choses rapportées à propos du takbîr limité est ce qui a été rapporté par 'Alî et Ibn Abbâs : ils ont dit qu’on le fait du matin du jour de 'Arafat jusqu’à la prière de l’Asr du dernier jour de Tachrîq (le 13 du mois de Dhoul-Hijja). Quant au pèlerin, le takbîr limité commence pour lui après la prière de Dhuhr, le jour du sacrifice. Il a été authentifié que 'Umar et Ibn Mas’ûd disaient : « Allahu Akbar, Allahu Akbar, Lâ ilâha illallah wallaho Akbar, Allahu Akbar walillahi-l-hamd ».


6. L’aumône :
Donner de l’aumône, aider le malheureux, nourrir l’affamé, réjouir le croyant, lui apporter du bonheur et faire disparaître ses soucis, tout cela est aimé d’Allah, exalté soit-Il. C’est par le biais de l’aumône que l’homme parvient à l’obéissance à Allah, exalté soit-Il, Qui lui multiplie la récompense et le place sous Son ombre le Jour de la Résurrection. C’est par le biais de l’aumône que s’ouvrent les portes du bien et que se referment les portes du mal et c’est par elle qu’une des portes du Paradis s’ouvrira. C’est par le biais de l’aumône que l’homme apprend à aimer Allah, exalté soit-Il, et Ses créatures. C’est par elle que l’homme devient miséricordieux et clément. C’est par elle que l’homme purifie son argent et son âme. C’est grâce à elle que ses péchés seront pardonnés. C’est elle qui le libère de l’adoration du dirham et du dinar et c’est grâce à elle qu’Allah, exalté soit-Il, le protège ainsi que son argent, ses enfants et sa vie dans ce monde et dans l’au-delà.
Ibn 'Umar, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté qu’un homme demanda au Prophète () quelle était la personne et l’œuvre la plus aimée d’Allah, exalté soit-Il. Le Prophète () répondit :
« Les personnes les plus aimées d’Allah sont les plus utiles aux autres. Et l’œuvre la plus aimée d’Allah, exalté soit-Il, est le fait de rendre un musulman heureux en dissipant sa peine, en remboursant sa dette ou en le rassasiant. » [al-Tabarânî (al-Albânî : sahîh)].


7. Le sacrifice :
Le sacrifice fut prescrit afin de se rapprocher d’Allah, exalté soit-Il, par son sang et en faisant l’aumône de sa viande aux pauvres. Le sacrifice est un rite de l’Islam et un symbole de sacrifice et de rédemption. C’est une tradition du père des prophètes Ibrâhîm () et c’est l’œuvre la plus aimée d’Allah, exalté soit-Il, le jour de l’Aïd. 'Aïcha, , a rapporté que le Messager d’Allah () a dit :
« L’homme n’accomplit aucune œuvre plus aimée d’Allah, le jour du sacrifice, que celle de faire couler le sang (de la bête sacrifiée). La bête viendra, le jour de la Résurrection, avec ses cornes, sa fourrure et ses sabots. Allah accepte le sacrifice avant même que le sang n’ait coulé, alors faites le sacrifice de bon gré ».(Ibn Mâdjah, At-Tirmidhî : hasan).
Le sacrifice est une sunna recommandée qu’il est détestable de délaisser pour celui qui a les moyens de le faire.
La bête à sacrifier doit avoir atteint l’âge déclaré par la Charî'a ; pour les ovins : 1 an, pour les chameaux : 5 ans et pour les vaches : 2 ans. Le sacrifice du chameau et de la vache peut être accompli par sept personnes. Autrement dit, si sept personnes s’associent pour sacrifier un chameau ou une vache, cela leur suffit à toutes.
Les sacrifices comportent des conditions qu’il faut remplir, dont le fait que la bête soit exempte des défauts mentionnés dans la Sunna et détaillés par les oulémas, et que le sacrifice ait lieu à son moment prescrit qui commence de la fin de la prière de la fête jusqu’au coucher du soleil, le dernier des jours de Tachrîq, à savoir le treizième jour du mois.
Il convient au musulman qui souhaite faire un sacrifice de ne pas se raser ni se couper les cheveux et de ne pas se couper les ongles en raison du hadith d’Umm Salama, , qui rapporta que le Prophète () a dit :
« Si vous apercevez le premier croissant de lune de Dhoul-Hijja et que l'un d'entre vous veut immoler une bête, alors qu'il ne coupe rien de ses cheveux et de ses ongles ». (Mouslim).
Cette interdiction est valable pour le père de famille. Quant aux enfants, il est mieux qu’ils s’en abstiennent afin d’en avoir la récompense, mais s’ils le font, il n’y a pas de mal à cela, si Allah le veut.


8. L’invocation :
'Abdallah ibn 'Umar, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit :
« La meilleure invocation est celle formulée le jour de ‘Arafat, et la meilleure formule d'invocation que j’ai prononcée et qu'ont prononcée les Prophètes qui m'ont précédé est : ‘La Ilaha illa Allah wahdahu la charîka lah, lahoul mulk wa lahoul hamd, wa huwa ‘ala kulli chay`in qadîr’ (Nul autre n’est digne d’être adoré qu’Allah, Seul, sans associé, à Lui le pouvoir et à Lui la louange, et Il a pouvoir sur toute chose) ». (al-Tirmidhî).
Ibn 'Abd al-Birr a dit : « Cela montre que l’invocation faite le jour de 'Arafat est meilleure que celle faite les autres jours. Le hadith montre également que l’invocation faite le jour de 'Arafat est généralement exaucée ». (Al-Tamhîd).


9. Le repentir et le fait d’éviter les péchés :
Il convient de se repentir sincèrement durant ces dix jours et à tout moment, de revenir vers Allah, exalté soit-Il, et de mettre fin aux actes de désobéissance et aux péchés. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Ô vous qui avez cru ! Repentez-vous à Allah d'un repentir sincère. […] » (Coran 66/8). Empressons-nous donc de nous repentir sincèrement, abstenons-nous des interdits et de l’injustice, donnons à chacun ses droits et éloignons-nous des turpitudes.
Chers frères, empressons-nous d’accomplir de bonnes œuvres durant ces dix jours et multiplions y les invocations et les demandes de pardon. Rapprochons-nous d’Allah, exalté soit-Il, en espérant obtenir de Lui la réussite dans cette vie et dans l'autres. Puisse Allah, exalté soit-Il, nous compter parmi ceux qui se hâtent d’accomplir les bonnes œuvres en vue de gagner Sa satisfaction.


Que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur notre Prophète et maître Mohammed, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ceux qui auront suivi ses pas jusqu’au Jour du Jugement.
Et notre dernière invocation est : « Louange à Allah, Seigneur de l'Univers ».

 

Articles en relation

Vertus du Hadj