Hadj & Omra

  1. Hadj & Omra
  2. Articles
  3. Controverse soulevée contre le statut de la femme en Islam

Les femmes musulmanes sont-elles opprimées ?

4246 737


Le statut de la femme musulmane et ses droits, ou plutôt leur supposée inexistence, sont parmi les sujets qui intéressent le plus les non-musulmans. Cette perception négative semble être alimentée par l’image diffusée de la femme musulmane dans les médias. Une image souvent montrant celle-ci comme une femme opprimée et entourée d’un halo de mystère.
La raison principale de cette perception provient du fait que les gens ont souvent du mal à faire la différence entre culture et religion - deux notions complètement différentes. En fait, l’Islam condamne toutes les formes d’oppression quelles qu’elles soient, envers la femme, ou envers l’humanité en général.
Le Coran est le Livre Sacré qui façonne la vie des Musulmans. Ce Livre fut révélé il y a plus de 1400 ans, à un homme nommé Mohammed () qui fut par la suite le Prophète, bénédictions et paix sur lui. Ainsi, quatorze siècles se sont écoulés, et ce Livre est toujours le même : il n’a subi aucune modification, pas même une lettre.
Dans la sourate Al-Ahzâb (Les Coalisés), Allah dit (sens du verset) :
" Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles: elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux." (Coran 33/59)
Ce verset montre que l’Islam fait du port du voile ‘hijâb’ une obligation. ‘Hijâb’ est le mot utilisé pour signifier cacher, ou dissimuler. Et il ne s’agit pas uniquement du foulard cachant les cheveux (comme beaucoup semblent le penser). Mais il s’agit de se vêtir d’habits amples, dont les couleurs ne sont pas trop voyantes.
Parfois, quand les gens voient une femme musulmane portant le voile, ils perçoivent cela comme un signe d’oppression, ce qui est totalement faux. La femme musulmane est loin d’être opprimée, elle est même libérée. Dans le sens où elle n’est plus valorisée pour des raisons superficielles, telle que son apparence ou la forme de son corps. Elle oblige ainsi les autres à la juger en fonction de son intelligence, sa bonté, son honnêteté et sa personnalité. Et par conséquent, les gens la jugent pour ce qu’elle est vraiment.
Quand les femmes musulmanes cachent leurs cheveux et mettent des habits amples, elles obéissent aux ordres de leur Seigneur d’être humbles, et non pas à des règles sociales ou culturelles. Á noter que dans le christianisme, les nonnes couvrent leurs têtes par pudeur et malgré cela, personne ne les qualifie ‘d’opprimées’. Et en obéissant aux ordres d’Allah, exalté soit-Il, les femmes musulmanes font exactement la même chose.
La vie de ceux qui ont répondu à l’appel du Coran a profondément changé. Il a une influence immense sur de nombreuses personnes, et plus particulièrement les femmes, puisque, et pour la première fois, les âmes des hommes et des femmes ont été déclarées égales, sujettes aux mêmes obligations, et pouvant espérer les mêmes récompenses.
Pour la première fois dans l’Histoire, les femmes obtinrent, avec l’Islam, leur indépendance financière. L’argent qu’elles apportent quand elles se marient leur appartient, ainsi que tout autre revenu qu’elles gagnent. En Islam, la femme a le droit de choisir son mari, tout comme elle a le droit, dans des cas extrêmes, de demander le divorce. Contrairement à l’idée répandue dans le monde moderne, la femme musulmane a droit à l’éducation, et son tuteur en est responsable.
L’Islam est une religion qui tient les femmes en haute estime. Jadis, les familles se réjouissaient grandement à la naissance d’un garçon, alors que la naissance d’une fille était accueillie avec beaucoup moins de joie et d’enthousiasme. Certains détestaient tellement les filles qu’ils les enterraient vivantes. L’Islam a toujours interdit ce genre de discrimination irrationnelle et a interdit de tuer les filles.
Le Prophète Mohammed () a dit : « La recherche de la science est une obligation pour chaque musulman (homme ou femme) ». Hommes et femmes ont tous la capacité d’apprendre et de comprendre. Et puisqu’ils ont l’obligation d’encourager le bon comportement et de condamner le mauvais, dans toutes les sphères de la vie, les femmes musulmanes doivent donc acquérir l’enseignement adéquat pour pouvoir mener à bien cette obligation, en fonction de leur talent et intérêt.
Même si l’entretien de son foyer, le fait de prendre soin de son époux, de porter, et de donner naissance et éduquer ses enfants, sont parmi les priorités quant au rôle que la femme doit tenir, si elle a des aptitudes qui lui permettent d’effectuer un travail à l’extérieur de sa demeure, et ce pour le bien de la communauté, elle peut le faire. Mais à condition que ses obligations vis-à-vis de sa famille soient toutes remplies, qu’elle respecte le code Islamique quant à la manière de s’habiller, et qu’il n’y ait pas de mixité sur son lieu de travail.
L’Islam reconnaît et encourage les différences naturelles qui existent entre l’homme et la femme, et ce malgré leur égalité. Certaines catégories d’emplois sont plus adéquates pour l’homme, alors que d’autres le sont pour la femme. Et cette différenciation ne diminue en rien les efforts ou les bénéfices de l’un par rapport à l’autre. Allah, exalté soit-Il, rétribuera les deux, d’une manière équitable, selon la valeur de leurs actions, même si les domaines de travail diffèrent.
Les deux grands rôles que la femme joue dans la vie sont ceux d’épouse et de mère. Un jour, alors qu’il était avec un groupe de compagnons, le Prophète Mohammed () leur dit : « Le meilleur d’entre vous est celui qui est le meilleur avec ses femmes […] ». Ce hadith montre bien que l’Islam encourage vivement le bon traitement des femmes. Elles doivent être aimées, respectées et traitées avec bonté.
Et pour nourrir l’amour et la sécurité qui viennent avec le mariage, la femme musulmane a plusieurs droits. Le premier étant le droit à une dot, un don du mari, qui fait partie du contrat de mariage, et qui est une condition de validité de ce dernier. Le deuxième droit est son entretien. Quelle que soit la richesse de la femme, le mari est obligé de lui fournir nourriture, habits, et foyer. Il n’a pas cependant, à dépenser plus qu’il ne le peut, et sa femme n’est pas en droit de faire des demandes exagérées.
Au sujet du statut de la mère, le Prophète Mohammed () a dit : « Le Paradis se trouve aux pieds des mères. » Ceci implique que le succès d’une société peut être retracé, et que l’on peut l’imputer aux mères qui ont éduqué cette société. En effet, la première influence sur une personne, et la plus importante, provient de ce sentiment de sécurité, d’affection, et de l’éducation qu’elle a reçue de la part de sa mère. Par conséquent, une femme qui a des enfants doit être éduquée et consciencieuse pour être une mère de talent.
« Un homme vint voir le Prophète () et lui demanda : « Ô Envoyé d’Allah, qui de mes proches mérite le plus ma bonne compagnie ? » Il répondit (et à trois reprise) : « Ta mère. » avant de dire : « (puis) Ton père. » Ceci démontre l’influence de la mère sur la vie de toute personne. Ainsi, les femmes sont honorées dans cette religion grandiose.
L’Islam est une religion qui traite les femmes de manière équitable. Depuis plus de 1400 ans, la femme musulmane est dotée d’un rôle, d’obligations et de droits, que les femmes modernes dans la société occidentale n’ont pas. Ces droits lui ont été conférés par Allah, exalté soit-Il, et ont été légiférés pour maintenir l’équilibre dans la société. Ce qui pourrait paraître ‘injuste’ ou ‘inexistant’ à un endroit, est compensé ou expliqué à un autre endroit.
[Tire de: Al-Jumu’ah Vol. 14]

 

Articles en relation

Vertus du Hadj